Faire une visite de musée à distance enrichie de points d’intérêt interactifs grâce à un robot piloté via à un simple navigateur Internet, c’est l’expérience proposée par le projet AZKAR.

 

Pourquoi le projet AZKAR ?

Les robots de service se multiplient et feront bientôt partie de notre vie quotidienne. Si la plupart d’entre eux sont déjà connectés, 3 problèmes importants compliquent leur utilisation :

  • des pertes momentanées de connexion entre le robot et son pilote
  • des retards de transmission (ou latences) sensibles
  • une « intelligence » limitée du robot

Les acteurs académiques, privés et associatif à l’origine du projet AZKAR allient leurs compétences (R&D en robotique, recherche sur les interfaces homme-machine et le Web sémantique, utilisation des techniques du numérique pour valoriser le patrimoine culturel…) pour améliorer le contrôle à distance d’un robot et doter ce robot d’une intelligence artificielle.

 

Les apports du projet AZKAR

Le robot offre au visiteur une réelle immersion à distance grâce à ses capteurs (webcam, micros, lasers) qui permettent de voir et écouter les informations proposées dans le musée et d’interagir avec un guide.


Une mobilité améliorée

Le robot est piloté via un simple navigateur Web, sans aucun autre logiciel à installer. Ses déplacements s’effectuent de façon ludique via une manette de console de jeu.

Grâce à l’utilisation du Web « pair à pair », la connexion entre le robot et son pilote est rapide (azkar signifie « rapide » en basque) et robuste (temps de latence réduit). On obtient une fluidité d’interaction améliorée par rapport à ce qui se faisait jusqu’à présent.


Des déplacements intelligents et une expérience utilisateur augmentée

Le visiteur peut aussi s’en remettre au système de navigation qui dirige le robot d’un point d’intérêt interactif à un autre. A l’approche de ces points, le robot propose des ressources complémentaires pour enrichir la visite (archives vidéo, extraits sonores, liens Wikipédia, etc.).

Le pilote du robot peut donner des ordres simples via l’interface Web. L’intelligence d’AZKAR se charge de traduire ces ordres pour le robot.

Comment ça marche ?

Cette « expérience augmentée » est rendue possible par l’utilisation du Web sémantique qui confère au robot une intelligence artificielle.

Le lieu visité par le robot, chacun des espaces et chacun des objets qu’il contient, sont auparavant sémantiquement décrits en utilisant un langage formaté (une ontologie). Le contenu physique du lieu est ainsi transformé en données « lisibles » par l’ordinateur embarqué. Le robot a une « conscience » de l’environnement dans lequel il évolue.

 

Un robot adapté aux visites culturelles

  • Les visites à distance rendent les lieux culturels accessibles à tous.
  • Le robot peut être piloté à distance par un médiateur ou un conférencier, pour un public présent ou lui-même connecté par Internet.
  • Un internaute peut aussi prendre les commandes à distance pour visiter un musée de façon autonome ou pour accompagner un ami à distance.
  • L’utilisateur n’a pas à se préoccuper des déplacements qui sont calculés automatiquement par le robot de façon intelligente. Il n’y a donc pas de parcours de visite prédéterminé et les retours en arrière sont possibles.
  • Après la visite à distance d’un musée pour une école, un instituteur peut consulter les documents proposés par le robot et revivre la visite, tout en disposant de supports variés pour faire travailler ses élèves.

En route pour AZKAR 2

Le projet AZKAR a obtenu un financement de BPI France en 2014. Il arrivera à son terme en septembre 2017.

La poursuite du projet permettra de développer des fonctionnalités encore plus avancées. Par exemple,  utiliser le langage naturel pour interagir avec le robot ou encore le rendre capable de suggérer des parcours en fonction du profil des visiteurs, du temps disponible et des thèmes souhaités.